Justice pour Abou Dia !

Publié le par Famafrika

Sénégal: "Indignation" après le décès d'un homme dans un commissariat
Carte du Sénégal (© AFP)
Cliquer pour agrandir
DAKAR (AFP) - Un Sénégalais est décédé, après son interpellation et lors de sa garde à vue, dans un commissariat de police de Matam (nord), ont indiqué jeudi à Dakar plusieurs organisations sénégalaises de défense des droits de l'Homme, qui ont fait part de leur "indignation".
"Mercredi 18 novembre 2009, le nommé Abou Dia est décédé dans des circonstances non encore élucidées dans les locaux du Commissariat de police de Matam", indique la Rencontre Africaine pour la Défense des droits de l'Homme (Raddho) dans un communiqué.

Il avait "été appréhendé, la veille, sain et sauf et conduit au commissariat par trois policiers", selon l'ONG basée à Dakar.


L'organisation exprime "sa vive indignation et sa profonde préoccupation de la récurrence de décès d'individus dans des locaux de la police ou de brigade de gendarmerie et de la politique de pourrissement adoptée dans ces différents cas".

L'Organisation nationale des droits de l'Homme (Ondh) a également indiqué avoir été "saisie du décès d'une personne nommée Abdou Dia dans les locaux du commissariat de Matam dans la nuit de mardi à mercredi".

"Il avait été placé en garde à vue au commissariat de police et on a appelé la famille pour dire qu'il est décédé de mort naturelle", a précisé à l'AFP le président de l'Ondh, Assane Dioma Ndiaye, qui dénonce aussi "une pratique courante de la torture dans les commissariats et brigades de gendarmerie".

Le porte-parole de la police, joint jeudi par l'AFP à Dakar, affirme ne détenir "aucune information officielle" et ne pouvoir "ni confirmer ni infirmer" les faits.

Mardi, "à 23H00 (locales et GMT), les policiers ont procédé à une rafle dans Matam. Ils ont bastonné (Abou Dia, ndlr) et ont frappé son petit frère. Puis ils l'ont emmené au commissariat où ils l'ont encore maltraité", a expliqué à l'AFP un proche de la victime, sous couvert de l'anonymat.

Mercredi, le corps de la victime avait été acheminé de Matam à Dakar pour une autopsie, selon un membre de la famille.

L'Ondh demande qu'une "enquête indépendante" soit menée car "c'est le septième cas depuis deux ans au moins" enregistré au Sénégal. La Raddho "exige que la lumière soit faite" sur ce décès suspect.

Publié dans Abou Dia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article